Pour une gestion publique de l'eau à laquelle les usagers-citoyens puissent comprendre quelque chose...

dimanche 11 octobre 2009

De Vivendi à Veolia : ne nous en lavons pas les mains?

Une entreprise qui a perdu les eaux mais a encore de très beaux restes

De la Générale des Eaux à Veolia, on est passé par Vivendi (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Veolia_Environnement). Entendez-vous encore parler de Vivendi-Universal et de Jean-Marie Messier son ex tout-puissant p.d.g?

Vivendi-Universal fut un monstre dévoreur de tout ce qui pouvait s'acheter comme entreprise jusqu'au début des années 2000. Surendetté, il lui fallut se débarrasser de sa filiale Vivendi-Environnement. Veolia-Environnement y fut substitué, le 1er mai 2003 (Source : http://www.actu-environnement.com/ae/news/142.php4)? Privé d'eau, débarrassé de l'entreprenant et imprudent Messier, Vivendi ne s'est pas asséché pour autant. Le marché de la communication et de la musique est porteur!

la galaxie web de vivendi

Lire, téléphoner, regarder la télé, c'est souvent... Vivendi!

Mais voici que Vivendi est rattrappé par son passé. Médiapart écrit : "Trois jours de procès aux Etats-Unis auront suffi au groupe Vivendi pour prendre la mesure du risque qui pèse sur lui. Ayant échoué à faire exclure les actionnaires français de la procédure collective, ayant repoussé jusqu'alors toute procédure de transaction à l'amiable, il se voit exposé à une condamnation lourde. Et il semble prendre peur. Alors, prenant les devants, il menace. Soutenu en sous-main par tout le patronat qui redoute que cette affaire ne fasse jurisprudence". (Source : http://www.mediapart.fr/journal/economie/160109/revue-web/jean-marie-messier-ne-fait-pas-de-mea-culpa-france-inter)

La justice française sera-t-elle à l'écoute des arguments de Vivendi qui veut éviter que des actionnaires français puissent s'adresser à la justice américaine pour faire valoir leurs droits et faire reconnaître les préjudices qu'ils ont subi? ? Il faudra attendre l'assignation du 25 novembre pour le savoir. Le coup d'éclat du groupe, toutefois, risque d'avoir le plus mauvais effet auprès des juges new-yorkais quand ils vont découvrir les manœuvres de Vivendi. La justice américaine n'aime guère en général que l'on tente d'intimider les témoins ou les plaignants.

Cela nous concerne à plus d'un titre! Veolia, après la politique d'achat forcenée de Vivendi a tenté de prendre place sur le marché U.S, mais avec des succès mitigés! Pour l'histoire de Veolia aux USA on consultera avec profit le rapport de Public Citizen (Source : http://eau.apinc.org/spip.php?article368#) sur l'échec des tentatives de prise de pouvoir sur l'eau potable de la Nouvelle-Orleans et Indianapolis (voir également : http://www.acme-eau.org/USA-font-color-red-size-4-La-mauvaise-qualite-des-conduites-gate-l-eau-geree-par-les-societes-privees-font_a873.html).

Si le "modèle français" de délégation du service public de l'eau, confié à de très grosses entreprises privées, devait, à cause de ses avatars transatlantiques, faire flop au niveau mondial, y compris dans les pays capitalistes les plus ouverts à des politiques de privatisation, il y aurait de quoi redynamiser l'action citoyenne visant à obtenir des élus qu'ils assument la gestion publique des services publics!


Requins affamés ou énormes cétacés : ils ont toujours soif!

1 commentaire:

Gael Gatronome a dit…

Confusions, confusions...

Vivendi est attaquée pour non transparence sur l'état réel de la société et donc les risques pris et payés par les actionnaires. Des dizaines de sociétés américaines subissent ce type d'attaques et c'est sain pour le capitalisme.

Aucun rapport avec l'eau d'autant plus que toutes les acquisitions majeures n'étaient pas dans l'eau (qui servait plutot de garantie aux banquiers en tant que business pépère de père de famille)

Si tu veux un procés class-action dans l'eau aux Etats Unis avec Veolia, va plustot regarder du coté d'Indianapolis...